It is not silent, but it gives discussion

L’exposition de la galerie Kogo, dont je devrais d’abord parler ici, a commencé à être préparée par l’artiste peu de temps avant que le premier animal blindé infecté par le virus ne l’injecte dans la peau d’un humain en Chine. De mon bureau, situé à Apparatus Factory, où je viens de terminer une traduction d’un épidémiologie française de l’époque coloniale 1 je visite une exposition où je suis invité à réfléchir sur les sanatoriums antituberculeux. Cette traduction m’a également été commandée peu avant la pandémie.

ANTI SAAR

Le long et subtil article écrit par Anti SAAR paru dans le magazine culturel et politique estonien Sirp, (Tallinn) aborde l’exposition « atmosphère sanatoriale » dans le contexte du projet de recherche « événement de réception » de Sara Bédard-Goulet.

Ouverture de l’exposition « Atmosphère Sanatoriale » à la Galerie Kogo

L’exposition parle d’une relation ambivalente entre l’isolement protecteur et l’ouverture. Comment s’est-il avéré que pour un Européen de l’Ouest, le mot «sanatorium» signifie la mort et la maladie, alors que pour nous ici, il est davantage lié à la santé et au bien-être? 

Article paru dans l’édition culturelle du magazine POSTIMEES le 26 octobre 2020

L’art change les gens imperceptiblement

«Le cœur de la recherche est l’étude de textes contenant des événements de réception. Qu’est-ce qui provoque la réaction? Comment et dans quel contexte? Y a-t-il des chevauchements dans les différentes histoires? »Bédard-Goulet énumère les questions auxquelles il faut répondre. « Je m’intéresse à la voie du changement humain. »

Article de Liina Ludvig publié dans le magazine de l’Université de Tartu en décembre 2020.

Interview de la curatrice Sara Bédard-Goulet

Emission radio, sur Klassikaraadio